migrateursrhonemediterranee.org utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible.

En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

J'ai compris
 
Accueil Actus Archives 2017

  Passes à anguilles et dérasement sur l'Arc - 16/01/17

L’Arc est le principal affluent de l’étang de Berre, lagune des Bouches-du-Rhône particulièrement attractive pour l’anguille européenne.

Dès les premiers kilomètres en amont de l’embouchure, des obstacles ralentissent la montaison des civelles.
Ainsi, suite à une longue concertation et des études de maitrise d'œuvre, le Syndicat d'Aménagement du Bassin de l'Arc s'est lancé dans l'aventure de travaux de restauration des conditions de migration de cette espèce amphihaline.

 

 

 

KW75


Embouchure de l'Arc
Photo MRM

En 2016, les trois premiers seuils ont été restaurés.

Les deux premiers (Seuil de Bosque et Seuil de Gordes) ont été équipés d'une rampe à anguille avec des dalles de rugosités microplots). Ces deux seuils ont été démontés sur leur partie en berge. Puis la rampe béton a été coulée dans des coffrages sur-mesure. Enfin, des dalles en plastique ont été fixées sur la rampe.

Bosque 2Seuil de Bosque
Photo SABA

Gordes 2
Seuil de Gordes
Photo SABA

Ces passes sont spécifiques de l'anguille. Les microplots lui permettent de ramper et la pente latérale induit, quelque soit le niveau d'eau dans le dispositif, une zone de faible vitesse, permettant aux civelles et anguillettes la remontée.
JB74

Seuil de la bastide neuve avant dérasement
Photo MRM

Le troisième, le petit Seuil de la Bastide Neuve, sans usage, a été dérasé. Un seuil de fond, c'est-à-dire enterré sous le lit du cours d'eau, en enrochement a été reconstruit pour stabiliser le lit.
La berge concave a enfin été renforcée par des techniques végétales.

Bastide Neuve 1Ancien Seuil de la bastide neuve
Photo SABA

Ces travaux ont été réalisés de septembre 2016 à janvier 2017 pour un montant total de 232 000 € TTC (incluant frais de maitrise d'œuvre et de publicité).
Ils s'inscrivent dans un projet plus ambitieux de restaurer les conditions de migration de l'anguille depuis l'embouchure jusqu'à Aix-en-Provence, soit 8 seuils et la réouverture d'une cinquantaine de kilomètres de l'Arc et la reconnexion avec 3 affluents intéressants.

Ces travaux sont réalisés par le Syndicat en lieu et place des propriétaires privés des seuils grâce à un soutien financier de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée & Corse et dans le cadre d’une autorisation préfectorale (Déclaration d’Intérêt Général), ce qui en fait, de ce point de vue, une particularité régionale.