migrateursrhonemediterranee.org utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible.

En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

J'ai compris
 
Accueil Actus Archives 2016
Continuité biologique : Une passe à poissons à Pont Rouge ! - 23/06/2016

 Sur l’Orb, les poissons changent de bocal ! Pour profiter des ressources naturelles et permettre le développement de leurs activités, les hommes ont aménagé des barrages sur les fleuves et rivières.
A Béziers, le barrage de Pont-Rouge régule les eaux du fleuve Orb. Merveille technologique, mais véritable obstacle pour les milliers de poissons, la Direction Territoriale Sud Ouest de VNF a, sous le contrôle de la Subdivision de Languedoc-Est, lancé en mai 2015 le chantier de construction d’une passe à poissons.
Achevé en avril 2016, cet ouvrage traduit bien la volonté de VNF d’assurer l’équipement des voies d’eau et de rétablir la continuité écologique, dans le respect des milieux naturels et aquatiques.

 DSC3368

Pont Rouge
Photo MRM

Restauration de la continuité sur l’Orb

La directive cadre européenne sur l’eau de 2000, le grenelle de l’environnement, le code de l’environnement, et le schéma directeur d’aménagement et de gestion de l’eau fixent la liste des ouvrages qui font obstacle à la migration de certaines espèces de poissons migrateurs et imposent la réalisation de passes à poissons en vue de restaurer la continuité écologique sur ces cours d’eau.

Le barrage de Pont-Rouge en fait partie et plus généralement 5 ouvrages de la partie aval de l’Orb. Les poissons migrateurs identifiés sont l’alose, l’anguille et la lamproie.
Les 3 ouvrages à l’amont ont déjà été équipés de passes à poissons par le Conseil départemental de l’Hérault et la Communauté d’agglomération.
Le barrage de Moulin Saint-Pierre à l’aval est en train d’être équipé par un propriétaire privé, il sera franchissable à l’horizon 2017.

 La passe à poissons de Pont Rouge DSC3362

Le dispositif permet de franchir un dénivelé de 3,1 m au droit du barrage. Il est composé de
14 bassins successifs en dérivation du barrage ayant un dénivelé de 22 cm chacun.
L’ouvrage est constitué d’une enceinte de palplanches avec un radier béton recouvert de pierres pour obtenir des conditions hydrauliques proches de celles d’une rivière naturelle. Les 14 bassins de 4 m de long sur 3 m de large sont réalisés dans cette enceinte et séparés par des voiles béton préfabriqués qui laissent passer l’eau par une ouverture de 55 cm de largeur.

En parallèle, une rampe de 1 m de large avec un sol rugueux permettra le passage des anguilles et lamproies.

Le montant de l’opération est de 1 230 000 € TTC cofinancé à hauteur de 80% hors taxes par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse. Un engagement fort de la part de l’Agence de l’eau, qui s’inscrit dans le conventionnement passé récemment avec VNF.

  DSC3359