migrateursrhonemediterranee.org utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible.

En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

J'ai compris
 
Accueil Actus Archives 2016
Continuité écologique : l'EPTB Vidourle poursuit son engagement vis à vis de l'amélioration de la continuité biologique sur le Vidourle - 23/03/2016

Suite à la réalisation d’une passe à poissons sous le pont de la voie ferrée entre Gallargues et Lunel à l’étiage 2014 qui favorise désormais la migration des aloses jusqu’au pont d’Aubais/Villetelle (ouvrage SNCF Réseau), l’EPTB Vidourle a lancé dès cet été des travaux de mise en conformité de la passe à poissons de Marsillargues et d’amélioration du dispositif de franchissement du seuil de St Laurent d’Aigouze.

DSCN0008

Nouvelle passe à poissons de Marsillargues
Photos EPTB Vidourle

Sur le seuil de Saint Laurent d’Aigouze (13,5 km de la mer)

Il s‘agit de remonter la côte du seuil en rive gauche pour provoquer des écoulements préférentiels et augmenter ainsi l’attractivité de l’entrée de la passe à poissons en rive droite.

La passe à anguilles en rive droite a également été reprise (en particulier pour assurer une meilleure connectivité au plan d’eau aval) et un ouvrage en rive gauche pour la migration des jeunes anguilles a été créé.

Sur le seuil de Marsillargues (17,5 km de la mer)

L’ancienne passe à poissons, trop petite et sous dimensionnée, a été détruite et remplacée par un ouvrage comportant un plus grand nombre de bassins et de plus grande envergure. Le but est de limiter les chutes entre chaque bassin, de réduire les turbulences tout en maintenant un débit d’alimentation compatible avec une bonne attractivité et faciliter ainsi la migration des poissons et notamment de l’Alose.

 

DSCN0051DSCN0059DSCN0055

Passe à anguilles de Marsillargues (à droite) et Saint Laurent - Photos EPTB VIdourle

Et à l’amont ?

L’EPTB a engagé une étude d’incidence sur l’arasement des seuils situés entre Sommières et Villetelle. Il en résulte que le Moulin d’Hilaire (34 km de la mer), seuil privé le plus en amont et le plus dégradé, pourrait être arasé par l'EPTB avec l'accord des riverains et après une étude d'incidence détaillée et dans le cadre d'une déclaration d'intérêt général. Cet arasement serait accompagné d’un suivi topographique et bathymétrique sur une dizaine d’années.

Pour les seuils de la Roque d’Aubais (29 km de la mer) et de Boisseron (32,5 km de la mer) qui sont des ouvrages privés, des martellières pourraient être ouvertes à titre transitoire (avec un suivi des impacts hydromorphologiques en amont et en aval) avant d’envisager leur arasement.

Ouvrages lot 2 du grenelle de l'environnement, le pont submersible Aubais/Villetelle (26,5 km de la mer) et le seuil amont du moulin (27 km de la mer) seraient quant à eux conservés et équipés de dispositifs de franchissement pour la migration des espèces amphihalines (anguilles, aloses). Dès 2016, l’EPTB Vidourle devrait inscrire une étude de dimensionnement de ces ouvrages au contrat de rivière Vidourle et potentiellement déboucher sur des travaux d’aménagement à l’étiage 2017.

Affaire à suivre…