migrateursrhonemediterranee.org utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible.

En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

J'ai compris
 
Accueil Actus Archives 2014
La restauration de la continuité écologique est en marche sur la Têt ! - 17/10/2014


La continuité écologique des cours d’eau se définit comme la libre circulation des organismes vivants et des sédiments au sein du réseau hydrographique.
Il s’agit d’assurer la nécessité vitale qu’ont certains organismes aquatiques de se déplacer pour accéder aux différentes composantes de leur habitat et de disposer d’habitats clés, créés par une variété de formes d’écoulement et par les substrats qui constituent les fonds de lit des cours d’eau.
Cette continuité « vitale » peut être entravée par des ouvrages construits en travers des cours d’eau (barrages, seuils, passages à gué…).

 

Amont-Nefiach

© MRM

En 2006, lors de l’élaboration du plan départemental de gestion piscicole et halieutique, la Fédération des Pyrénées-Orientales pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique avait dressé une liste de ces ouvrages associés à une mesure synthétique de leur incidence sur les poissons. Il en avait été conclu que ce fractionnement du milieu aquatique et la gestion quantitative des eaux étaient les 2 problématiques les plus dommageables au peuplement piscicole du département.

Fort de ce constat, la Fédération a travaillé sur plusieurs sujets en lien avec ces thématiques. Elle a mené un travail étroit de collaboration avec les propriétaires et gestionnaires d’ouvrage (contraints ou incités à restaurer la continuité) qui ont pu bénéficier de ses conseils voire de son appui technique.

En 2013, le Conseil Général des Pyrénées-Orientales aménageait deux ouvrages sur la Têt.

Sur le passage à gué de Néfiach, une rampe à macro-rugosités a été créée pour le passage des anguilles ; sur le seuil de protection du pont de la RD 11 entre Canet et Sainte Marie, des échancrures ont été pratiquées pour faciliter le passage des sédiments et une passe à poissons dite « multi-espèce » a été créée.

Les crues ont quelque peu malmené l’ouvrage de Néfiach mais le Conseil Général travaille à corriger progressivement les points faibles de l’aménagement.

Le dispositif du seuil du pont de la RD 11 a également subi quelques travaux d’ajustement cette année mais cinq aloses feintes ont été capturées en aval du pont Joffre au mois de mai. L’aménagement semble donc avoir bien fonctionné en 2014, et cette espèce emblématique (re-)colonise son aire historique de répartition.

Historique est le mot juste, car de mémoire de pêcheur, il s’agit de la première fois que cette espèce est signalée dans ce secteur !

Et l’histoire ne fait que commencer... De nombreux projets sont à l’étude par des organismes publics ou privés, gestionnaires d’ouvrage…

 

Canet

© MRM