migrateursrhonemediterranee.org utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible.

En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

J'ai compris
 
Accueil Effacement-Franchissement

Effacement-Franchissement

L'effacement

Les dispositifs de franchissement

L'EFFACEMENT

   Une priorité : la continuité écologique

La présence d’ouvrages et de seuils transversaux entraîne des ruptures dans la continuité des rivières. Ces obstacles ont pour conséquence de réduire, voire supprimer, les possibilités pour les poissons d’accomplir entièrement leur cycle de vie. L’amélioration de la continuité des cours d’eau est l’axe prioritaire de travail de l’Association MRM et de ses partenaires.

 Seuil de Fournes après arrasement Gardon cc MRM

Le seuil de Fournès après arasement sur le Gardon ©MRM

L’effacement-arasement des seuils reste la meilleure solution. C’est en effet le seul moyen de restaurer totalement et de manière pérenne la libre circulation pour toutes les espèces. Il permet par ailleurs de retrouver des surfaces productives en amont en rendant au cours d’eau un espace de divagation, une diversité d’écoulements... Cette solution doit être systématiquement étudiée.

Avant SOSLoirevivante St etienne vigan pendant SOSLoirevivante 10 jours après SOSLoirevivante

Le barrage de Saint Etienne de Vigan, sur l'Allier, avant, durant et après son effacement en 1998 ©SOSLoirevivante

Seuil de Maison rouge durant son arasement Vienne cc SOSLoirevivante

Le seuil de Maison Rouge durant son effacement en 1998 ©SOSLoirevivante

LES DISPOSITIFS DE FRANCHISSEMENT

Rivière de contournement
Seuil en pré-barrages
Passe à bassins
Utilisation des écluses
Ascenseur
Rampe à plots « evergreen »
Rampe à balai brosse

Lorsque l’effacement-arasement d’un seuil n’est pas possible, l’aménagement de passes aux dimensions adaptées aux espèces présentes reste une solution efficace. Ces passes doivent permettre aux migrateurs de poursuivre leur colonisation. Depuis les années 70, l’AFB a acquis un retour d’expérience considérable en matière d’étude de la franchissabilité des seuils et de conception de passes au sein de son pôle éco-hydraulique. Pour le reste, un peu d’imagination et beaucoup d’adaptabilité ont permis de créer ces aménagements :

 

   Rivière de contournement

L'objectif est de relier l’amont et aval du seuil par un chenal dans lequel l’énergie est dissipée et les vitesses réduites par la rugosité du fond et celle des parois ainsi que par une succession d’obstacles (blocs, épis, seuils) plus ou moins régulièrement répartis, reproduisant l’écoulement d’un cours d’eau naturel.

Ce dispositif est adapté à toutes les espèces, à tous types de cours d’eau et à tous types d’ouvrages excepté les très grandes hauteurs de chute. Il demande cependant une grande surface disponible en berge.

schema riviere de contournement 1 - Rivière de contournement de Livron Drôme cc topphoto 2 - Rivière de contournement du Bras des Arméniens Rhône cc MRM
   Le seuil en pré-barrages

Le principe est de fractionner tout ou partie de l’ouvrage avec la création de pré-seuils construits généralement en aval de l’obstacle. Ce dispositif franchissable par conception demande peu d’entretien et très peu de génie civil car il utilise le seuil naturel.

Proche de la passe à bassins, il est plus sélectif, mais son attractivité est optimale car il laisse passer une forte proportion du débit. La clé de cet ouvrage est l’échancrure, ouverture de passage intégrée dès la conception de l’ouvrage, qui demande une analyse précise du contexte pour adapter sa franchissabilité à un maximum d’espèces.

Seuil en prébarrages 3 - Seuil en pré-barrages avec échancrure de Saint-Julien-de-Peyrolas Ardèche cc MRM F. Gardin 4 - Seuil en pré-barrages avec échancrure de Terre de port Vidourle cc F.Gardin MRM
   Passe à bassins

La passe à bassins successifs consiste à diviser la hauteur de chute en plusieurs petites chutes formant une série de bassins. Cet équipement s’adapte à différentes hauteurs de chute et espèces à l’aide de :
• Différents types de bassins pour définir la forme du jet : Jet laminaire parallèle pour les aloses, jet plongeant pour les espèces sauteuses telles que les salmonidés
• D’un système d’échancrures à définir en fonction de facteurs biologiques, physiques, hydrauliques, d’entretien ou encore de génie civil. Il existe des échancrures déversantes, latérales ou à fente verticale en fonction des espèces ciblées.

schema passe a bassin 5 - Passe à bassin du barrage de Bladier-Ricard Hérault ccF.Gardin MRM 6 - Passe à bassins à cloisons déversantes de Codolet Cèze en construction ccMRM
   Passe à ralentisseurs

Dispositifs très sélectif, la passe à ralentisseurs est utilisée pour les salmonidés et les cyprinidés (Carpe, Vairon…) d’eau vive. Elle s’adapte aux canaux linéaires étroits dans lesquels on place des déflecteurs de fond ou de côté. Ces derniers créent des courants hélicoidaux qui cassent la vitesse du courant.

Cette passe est réservée aux espèces rapides pour parvenir à le franchir. Il existe très peu d’ouvrages à ralentisseurs pour les grands migrateurs sur le bassin Rhône-Méditerranée.

7 -  Passe à ralentisseurs de Moulin neuf Orb ccMRM 8 - Passe à ralentisseurs de Verteil Argens ccMRM
   Utilisation des écluses

Sur le Rhône, un dispositif original a été développé : l’éclusage spécifique à poissons. Ce système est basé sur le même principe que les écluses à bateaux, moyennant une adaptation des équipements.

Un courant d’attrait aval est réalisé pour attirer les poissons dans le sas et un courant d’attrait amont pour les faire sortir. Les écluses des 3 premiers aménagements à Beaucaire, Avignon et Caderousse ont ainsi été adaptées pour permettre le franchissement des aloses.

schema eclusee 9 - Usine-écluse de Villeneuve Rhône cc topphoto 10 - SAS de lécluse de Vallabrègue Rhône cc topphoto
   Ascenseur à poissons

Le principe est exactement le même que celui d’un ascenseur. Les poissons migrateurs, attirés par le débit d'attrait, entrent dans une cuve. La grille anti-retour les empêche d’en sortir. La cuve contenant une quantité d'eau bien régulée remonte ensuite dans la tour de manœuvre et les poissons sont alors déversés en amont.

Ce dispositif n’est pour l’instant pas présent sur le bassin Rhône-Méditerranée car les écluses déjà en place ont été privilégiées. L’ascenseur est assez contraignant d’un point de vue technique et mécanique, mais il permet d’équiper efficacement des ouvrages de grande chute avec une emprise modérée à l’échelle de l’aménagement.

11 - Ascenseur à poissons cc.Hydrostadium
   Passes à Anguille

Parcourues par une lame d’eau, les passes à anguilles permettent le franchissement d’obstacles de faible hauteur en utilisant la faculté de reptation des anguilles.

Rampe à plots "evergreen"

Les rampes evergreen se composent de plaques en béton moulées formant des renflements appelés plots. Ils sont disposés dans la majorité des cas en ligne face à l'écoulement et cassent le courant en veines de moindre vitesse. Leur espacement est variable selon la taille des anguilles qui doivent remonter.

schema passe à Anguille plots 12 - Passe à plots evergreen de Bompas Durance cc.F.Gardin

 

Rampe à balai brosse

Les rampes à balai brosse sont constituées de plaques lisses (en PVC ou béton) sur lesquelles sont implantées des brosses de filaments synthétiques à des densités variables selon la taille des anguilles susceptibles de remonter. L’humidification des parois est maintenue par pompage ou par écoulement gravitaire.

Sur de grandes hauteurs de chute, le dispositif peut être équipé d’un ou plusieurs bassins de repos. Ce type de dispositif peut enfin inclure un piège des individus permettant la récupération et l’analyse de la population migrante.

schema passe à Anguille plots brosse 13 - Passe à balai brosse de Vallabrègue Rhône cc MRM

L’équipement par des dispositifs de franchissement ne permet pas de résoudre complètement et définitivement les problèmes de continuité écologique. Il faut être extrêmement rigoureux au moment de la conception du projet, dans la réalisation du chantier, et dans la vérification post-travaux du bon fonctionnement hydraulique et biologique de l’ouvrage.

Sur le long terme, il est également impératif de prévoir la surveillance et l’entretien régulier de ces dispositifs, à plus forte raison durant les périodes clés de migration. Les ouvrages considérés comme prioritaires ont une obligation réglementaire à être entretenu.

Voir nos Expertises et compétences